Comment entretenir un forage ?

Le forage d’eau est un ouvrage très complexe, son état change au fil des années. S’il est bien entretenu, sa durée de vie peut atteindre les 30 ans et le propriétaire peut facilement éviter les ouvrages bouchés, la pollution de la nappe phréatique et d’autres problèmes relatifs au prélèvement d’eau souterraine. L’entretien du forage et des équipements qui ne sont pas visibles et difficiles d’accès permettent donc d’avoir un ouvrage sûr qui ne risque pas de nuire à l’environnement et à la santé des utilisateurs.


> Demandez ici vos 5 devis gratuits


Les conséquences d’un forage en mauvais état

Suite au manque d’entretien, le forage d’eau peut devenir dangereux pour les utilisateurs, mais aussi pour l’environnement. Les conséquences touchent aussi bien donc la ressource que l’hygiène et le confort des consommateurs. En matière d’hygiène, la mauvaise qualité de l’eau prélevée peut entraîner des maladies. Sur le plan technique, on peut vite remarquer de la corrosion, de l’ensablement de la colonne de tubage et du colmatage des crépines qui entraînent l’affaiblissement du rendement du puits. Concernant la ressource, un forage d’eau en mauvais état peut progressivement toucher la nappe phréatique. Les éléments pouvant conduire à la détérioration de l’ouvrage est aussi son assèchement dû à la diminution de l’aquifère, au prélèvement d’eau excessif ou à une pompe trop puissante (lire aussi : comment bien choisir sa pompe?). Pour ces raisons, il est important de penser à bien entretenir son forage d’eau. Le vieillissement précoce de l’ouvrage peut également être retardé si on prend la peine de l’entretenir régulièrement.


Entretien régulier du forage

Pour être potable, l’eau doit être claire et dépourvue de matières en suspension. L’analyse visuelle de l’eau est nécessaire toutes les semaines pour vérifier la présence ou l’absence de sable qui se traduit par l’ensablement de l’ouvrage, l’existence de gélatine ou de filaments et de flocons rouges qui indiquent la dégradation du tubage métallique. Mais cela ne suffit pas, il faut aussi procéder à une analyse complète de l’eau en laboratoire tous les ans pour vérifier sa qualité ; une dégradation peut signifier une défaillance même de l’ouvrage. En parallèle avec cette vérification, le propriétaire doit aussi effectuer un contrôle régulier du débit et du niveau de l’eau durant le pompage. Cela se fera tous les 3 à 5 ans avec un compteur et une sonde piézométrique. Sachez qu’une baisse de débit d’exploitation et de niveau d’eau indique soit un colmatage du forage, des crépines par des bactéries ou soit un rabattement de la nappe phréatique. En effet, le forage peut facilement se colmater, surtout si sa construction a été mal faite. Mesurer régulièrement le fond de l’ouvrage permet donc d’avoir un forage en bon état et une eau toujours de bonne qualité.


Le nettoyage du forage, des pompes et du compteur

Il est recommandé d’effectuer tous les 5 ans un nettoyage de forage par air lift. Au besoin, on peut aussi faire un brossage. C’est nécessaire en cas de défaillance d’exploitation comme la baisse de productivité, l’ensablement ou la présence de concrétion sur le tubage. Toutefois, cela ne peut se faire que si ce dernier est en bon état. Il faut aussi vérifier le bon fonctionnement de l’installation à savoir : le corps des pompes, les câbles électriques et de maintien, le compteur, le tube d’exhaure ou encore le ballon de pression. S’il y a un élément défectueux, le mieux est de le changer tout de suite. Selon l’arrêté du 19 décembre 2011, le compteur qui est situé à proximité du forage doit être remplacé tous les 9 ans et fait l’objet d’un diagnostic de fonctionnement tous les 7 ans.


L’entretien de la tête de forage

L’entretien d’un tel ouvrage passe par l’examen minutieux et régulier de la tête du forage dont le capot et la dalle béton ainsi que de l’eau prélevée à l’œil nu. Pour avoir un ouvrage toujours en bon état, il serait judicieux de protéger le compteur, les canalisations et autres contre le gel. Au besoin, n’hésitez pas à créer un bâti pour une protection optimale. Si le forage n’est pas exploité un certain temps, pensez à fermer hermétiquement avec un cadenas la tête de forage. N’oubliez pas de pomper l’eau deux fois par an pour renouveler la colonne d’eau. Cependant, évitez de faire cela en période estivale. Pour remettre en service l’installation, n’utilisez pas tout de suite l’eau, laissez-la d’abord couler avant de la consommer.


Les solutions adaptées entre les mains d’un professionnel

Quand on constate les signes qui indiquent la défaillance de l’ouvrage, il est essentiel de contacter un expert en forage qui sera apte à diagnostiquer l’origine du problème et à apporter des solutions adéquates. Pour ce faire, il commencera par réaliser un contrôle de la cimentation par diagraphe, un passage de caméra vidéo et des travaux de réfection comme le rechemisage ou le nettoyage. Si le souci vient du débit d’eau, il peut procéder à un désensablement ou le traitement complet du puits. Mais si la qualité de l’eau se dégrade, il est possible de mettre en place un nouveau tubage, de cimenter le conduit, de remplacer la crépine ou encore de réparer la tête du forage. Mais si l’installation est très vétuste pour être remise en état, un rebouchage est recommandé.


Les mesures réglementaires relatives au forage

Le propriétaire de forage est soumis à des obligations réglementaires dont le comptage d’eau et la responsabilité en cas de pollution. Suivant la réglementation L214.8 du code de l’environnement, un ouvrage de prélèvement d’eau souterraine doit avoir un appareil de comptage qui permet de contrôler le volume prélevé. Le compteur est relevé tous les mois et les relevés doivent être conservés dans un registre sur une durée d’au moins un an. Le relevé est mis à la disposition de l’autorité administrative compétente. Le propriétaire du forage doit aussi s’assurer que son ouvrage ne va pas dégrader les eaux souterraines et ne présente pas de danger pour la nappe phréatique. Tout incident doit faire l’objet d’un rapport auprès de la préfecture. Donc, pour éviter la pollution, l’ouvrage doit être correctement construit selon les normes imposées. Il ne doit pas être proche de tout produit polluant comme les produits d’entretien de véhicules tels que les huiles et les hydrocarbures ainsi que les produits de jardinage tel que le désherbant chimique.



> Demandez ici vos 5 devis gratuits



Retrouvez plus d'informations sur ce sujet :

Puits ou forage? Comment choisir? Quelles différences?

Puits ou forage, quel ouvrage correspond le mieux à vos besoins? Quels sont les avantages et les inconvénients de chacun? Zoom sur les différences fondamentales entre un puits et un forage d'eau!

L'eau de mon puits est-elle potable?

Vous souhaitez boire l'eau de votre puits? Attention, votre eau pourrait être contaminées par des agents pathogènes ou autres éléments chimiques qui peuvent gravement nuire à la santé si elle est directement consommée. L'analyse régulière de l'eau de puits est donc obligatoire avant toute consommation.

Quel entretien pour un forage?

Le forage d’eau est un ouvrage très complexe, son état change au fil des années. S’il est bien entretenu, sa durée de vie peut atteindre les 30 ans et le propriétaire peut facilement éviter les ouvrages bouchés, la pollution de la nappe phréatique et d’autres problèmes relatifs au prélèvement d’eau souterraine

© 2015-2016 Puits-et-forages.com, site d'informations et de devis pour la construction de puits et de forages d'eau | AUDIAWEB