Comment construire un puits ou réaliser un forage soi-même ?

Avoir un puits ou un forage sur sa propriété constitue un avantage majeur pour bénéficier d’une réserve d’eau abondante. Utilisable à volonté que ce soit pour la consommation, pour l’hygiène, pour le jardinage ou pour tout autre lavage, les puits et les forages permettent de faire une économie sur la facture d’eau. Le propriétaire dispose d’une totale autonomie quant à sa consommation. Mais comment procéder pour la construction d’un puits ou la réalisation d’un forage par soi-même ? De la possibilité d’existence de l’eau sur le terrain jusqu’à la conception des ouvrages, nous allons voir tout ça étape par étape.


> Demandez ici vos 5 devis gratuits


De l’eau exploitable sous le sol

Une étude préalable quant à l’existence de l’eau est primordiale avant d’entamer quelconques travaux de creusement. Il est nécessaire d’avoir recours soit à un sourcier, un radiesthésiste ou un hydrogéologue afin de déterminer l’emplacement et la profondeur du puits ou du forage ainsi que la quantité d’eau exploitable. Le sourcier, grâce à son don, à sa forte expérience et à ses multiples outils, peut détecter la présence d’eau souterraine. En utilisant une baguette ou une pendule et en se basant sur les vibrations et les radiations que l’eau émet, le radiesthésiste décèle toute source d’eau souterraine. L’hydrogéologue lui se base sur des études plus concrètes quant à la caractéristique géologique, météorologique, physique et chimique du terrain. Toutefois, ces experts peuvent travailler ensemble afin de garantir une réelle existence de l’eau qu’elle soit directement prélevée de la nappe phréatique, d’une rivière souterraine ou d’une tout autre source.


Les démarches administratives

L’article 641 du Code civil précise qu’un propriétaire peut disposer des eaux disponibles sur son terrain, qu’elles soient souterraines ou de surface. Une déclaration doit se faire auprès du bureau de la DRIRE (Direction régionale de la recherche, de l’industrie et de l’environnement) pour toute construction de puits ou réalisation de forage de plus de 10 mètres de profondeur. Le formulaire Cerfa 13837*02 concernant les dispositions environnementales relatives au développement durable devrait être rempli et envoyé à la mairie. L’emplacement du puits ou du forage ne doit pas être à proximité d’une fosse septique, d’un stockage de fumier, d’un élevage d’animaux ou d’un champ agricole. Aussi, il doit se tenir à plus de 5 mètres d’une route et plus de 40 mètres d’un cimetière. Selon l’article 3 relatif au règlement sur la qualité de l’eau, la loi exige que le propriétaire d’un puits ou d’un forage se doive de fournir une eau potable à ses proches. C’est dans cette perspective que l’analyse de l’eau se révèle obligatoire avant toute consommation et utilisation. Un agent désigné par la mairie s’assurera de la qualité de l’eau et de la conformité de l’ouvrage.


La construction d’un puits proprement dit

Le puits d’eau consiste à creuser le sol pour trouver une source d’eau. D’une profondeur de 8 à 10 mètres, les travaux de creusement peuvent se faire manuellement. Il faut au minimum deux personnes pour forer : l’un au fond pour piocher et rassembler les terres extraites dans un récipient et l’autre pour remonter le sceau à la surface. La largeur du trou devrait donc être assez large pour qu’un homme puisse y travailler. Dépendamment de l’emplacement, de la nature du terrain et de la profondeur à atteindre, les matériaux et les équipements nécessaires peuvent varier d’un puits à un autre. Les puisatiers utilisent divers outils allant des plus simples tels que les barres à mines et les pics aux plus complexes comme des marteaux-piqueurs et parfois même des explosifs pour les sols les plus durs. Pour les terrains instables, le cuvelage est mis en place au niveau de la surface du sol pour que le support cylindrique s’enfonce de lui-même par son poids au fur et à mesure que les déblais à l’intérieur sont extraits. Le cuvelage est donc continu et descendu par havage. Sinon, pour les autres terrains, le cuvelage peut être réalisé suivant l’avancement du trou ou à la fin. Quand la paroi est recouverte entièrement de béton, on parle de cuvelage en béton armé avec ancrage ; si elle est recouverte de plaque en tôles galvanisées, c’est un cuvelage métallique. Lorsque la cavité atteint la source d’eau, elle se remplit d’eau. On met alors en place le système de captage constitué de massif de gravier filtrant et de buses crépinées qui permet à l’eau de s’infiltrer tout en stabilisant l’aquifère. Pour terminer, il ne reste plus qu’à aménager le point d’eau et ses abords.


La réalisation d’un forage

Tout comme le puits, le forage dépend aussi de la profondeur voulue ainsi que de la nature du sol. Il peut atteindre une profondeur de plus de 50 mètres. Les matériels nécessaires pour forer peuvent être loués si on n’en dispose pas. Pour les terrains tendres, le forage peut se faire manuellement avec une tarière. On creuse le sol avec cet outil, au fur et à mesure qu’elle s’enfonce, on rajoute des allonges en acier. Lorsqu’on atteint la nappe, on utilise un prétubage et le forage se poursuit à l’intérieur avec une tarière de mise en eau jusqu’à ce que la profondeur requise soit atteinte. On met alors en place le tubage permanent. La technique de forage à percussion consiste à attacher le trépan qui broie le sol à un trépied pour qu’il soit projeté par la force de son poids dans le trou du forage. On emploie généralement une colonne de boue et un prétubage pour éviter tout effondrement. Le lançage à eau consiste à injecter sous pression une grande quantité d’eau dans le sol avec une motopompe ou une pompe à pédale. Pour un puits foncé, on enfonce directement un tube muni d’une crépine à son extrémité, tandis que pour un puits foré, on ne le met qu’à la fin des travaux. Le forage à la boue consiste à utiliser un train de tiges enfoncé manuellement et progressivement dans le sol, tout en injectant de l’eau pour faire remonter les débris.


Les dangers de construire un puits soi-même

Sans l’intervention d’un professionnel, la construction d’un puits ou la réalisation d’un forage peut présenter un réel danger. Les personnes qui creusent le puits sont exposées à un risque d’effondrement des parois et à un manque d’oxygène. Descendre et ressortir du puits peut aussi s’avérer très risqué, surtout si on n’applique pas des mesures de sécurité strictes (utilisation de harnais, trépied…). Pour le forage, l’utilisation des matériels sans aucune notion de base est dommageable. Dans tous les cas, le recours à un spécialiste est plus sûr, surtout si on veut un ouvrage suivant les normes et les réglementations en vigueur.



> Demandez ici vos 5 devis gratuits



Retrouvez plus d'informations sur ce sujet :

Quel entretien pour un puits?

L'entretien et le nettoyage régulier d'un puits ainsi que le contrôle périodique de la qualité de l'eau sont indispensables pour éviter de nuire à la santé des consommateurs et garantir un bon fonctionnement de votre puits dans le temps.

Construire un puits ou réaliser un forage soi même

Comment procéder pour la construction d’un puits ou la réalisation d’un forage soi-même? De la possibilité d’existence de l’eau sur le terrain jusqu’à la conception des ouvrages, comment faire?

Qu'est-ce qu'un puits artésien? Comment ça fonctionne?

Simple et pratique car ne nécessitant pas de matériel ni d'entretien, le puits artésien est un type de puits très spécifique qui possède de nombreux avantages. Alors, c'est quoi un puits artésien?

© 2015-2016 Puits-et-forages.com, site d'informations et de devis pour la construction de puits et de forages d'eau | AUDIAWEB